Semaine 05 – un lundi made in China

 POUR INFO EN CHINE

  • La connexion Internet est un vrai casse-tête. Grâce à de petits logiciels appelés VPN, on arrive à accéder à tous les sites, mais ça reste très aléatoire au niveau débit. 
  • La grande majorité des scooters sont électriques . Cela permet d’avoir des rues étonnement calmes dans les grandes villes. Revers de la médaille, on ne peut faire que 20km avant de recharger. Lors de notre sortie scooter, nous avons réussi à parcourir les derniers 100m à 7km/h (à cette vitesse, on a l’air bête …).
  • Les chinois mangent au restaurant autour de tables rondes, avec un plateau tournant au centre. Du riz, du poisson, de la viande, du tofu, des légumes, des œufs… Mais pas d’eau ! Comment font-ils ? Mystère…

SINON DE NOTRE CÔTÉ …

Nihao,

Ça y’est, la transition est belle et bien terminée et voici maintenant 9 jours que nous voyageons en Chine Continentale!

Dės notre arrivée à Nanning, on change radicalement d’ambiance! Alors qu’Hong Kong est très cosmopolite, Nanning est une métropole chinoise par excellence (8 millions d’habitants tout de même). Aucun panneau de signalisation en anglais, aucun occidental dans les rues et TRÈS peu de personnes parlant anglais. Nous sommes finalement loins d’être les pires en ce qui concerne les langues étrangères; les chinois sont des champions! Nous n’avons jamais joué autant aux mimes de notre vie. En témoigne notre premier trajet en taxi depuis l’aéroport de Nanning jusqu’à notre auberge : le chauffeur a jugé bon de s’assurer du trajet auprès des policiers avant de nous prendre dans sa voiture…

Nanning est la capitale régionale du Guangxi. Pour info, il y a 32 régions en Chine. Le Guangxi est situé au Sud et partage une frontière avec le Vietnam.

Depuis Nanning, notre première visite sera les chutes de Detian, connues pour être les plus grandes d’Asie. Elles se situent à la frontière sino-vietnamienne. En tant que backpackers avertis (hum hum), nous voulons y aller en transport public, sauf que les bus qui s’y rendent sont uniquement des tours opérateurs organisant des circuits à la journée. On ravale notre fierté et on s’inscrit. Nous qui sommes les premiers à nous moquer des hordes de touristes chinois à Paris avec leur drapeau et leur appareil photo… Nous nous retrouvons exactement dans la même situation! L’arroseur arrosé quoi.
Le résultat est plutôt drôle : un guide chinois vociférant dans son micro tout le trajet en bus, des camarades d’abord méfiants puis adorables avec nous, un déjeuner tous à la même table à échanger des sourires gênés et enfin des chutes d’eau plutôt impressionnantes.

Autre « funny fact of the day » : en tant que personne occidentale, il faut se tenir prêt à se sentir… différent! Plusieurs chinois n’hésitent pas à nous fixer lorsqu’ils nous croisent  sur leur passage ou carrément à nous prendre en photo. Certains même nous offrent des cadeaux! Toute personne en manque d’estime de soi peut aller en Chine pour re-booster son ego, succès garanti!

Après cette halte, nous décidons de nous enfoncer un peu plus dans la province du Guangxi. Petit bémol cependant ; la Chine, c’est…grand. Lorsque l’on souhaite se perdre dans une petite bourgade chinoise, on se retrouve vite dans une ville de 800 000 habitants.
Cap donc sur Guilin puis Yangshuo, réputée pour ses pics karstiques le long de la la rivière Li. Nous y passons plusieurs jours, en commençant par des attractions assez touristiques comme la balade en « bamboo raft » sur la rivière Li, pour ensuite découvrir la campagne environnante à pied, à vélo et en scooter. Même si le temps n’est pas optimal, les paysages sont impressionnants : des cultures qui bordent la rivière, des orangeraies à n’en plus finir, et des pics karstiques en toile de fond. Nous avons aussi visité des villages (ou plutôt des villes à taille humaine:)) comme Xinping et Fuli pour s’imprégner de la vie locale.  D’ailleurs, manger du chien n’est pas une légende urbaine; en témoigne le toutou que nous avons pu voir au rayon boucherie du marché de Xinping! Vu son état, impossible de savoir s’il s’agissait d’un chien pur race ou du bâtard du coin…

Pour notre dernière journée dans la région, nous décidons de visiter Huang Yao, le village ancien le plus célèbre de Chine. On souhaite y aller par nos propres moyens mais là encore… échec! Ce sera un tour organisé pour la journée. Nous avons de la chance, cette fois-ci la guide parle anglais:) Le village est plein de charme et est plutôt bien conservé. Dommage cependant que les étals et stands touristiques prennent autant de place.

Nous sommes en Chine depuis une semaine seulement et pourtant on ressent vraiment le dépaysement. Les chinois sont branchés sur courant alternatif. Si vous avez une discussion « commerciale ou professionnelle » avec eux, ils se montrent fermes et intransigeants. Si la conversation est désintéressée, ils sont plutôt ouverts et chaleureux. Nous avons pu discuté rapidement, avec certaines personnes, de la société et du gouvernement. On sent de la gêne, un recul sur le manque de liberté d’expression mais également une certaine fierté de ce que devient la désormais première puissance mondiale.

Bref une autre vision du monde. La suite au prochain épisode.

Bon lundi à tous !

 

8 comments

  1. Toujours magnifiques vos photos ça fait rêver à travers nos nuages…
    Nous voyageons par images entre asie et polynesie en ce moment c’est pas si mal!
    Les debuts de semaine sont plus « chauds »
    A la semaine prochaine.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s