Semaine 24 – Un sacré lundi !

POUR INFO AU PÉROU :

  • Le Machu Picchu est une vraie petite entreprise bien rentable : 25 $ les 30 minutes de bus, 50 $ la visite à la journée et un prix moyen de 80 $ les 2h00 de train.
  • Les incas, dont un retrouve le plus de traces à Cuzco et dans sa vallée ont eu une période faste très courte : environ 80 ans ! Après quoi ils se sont fait « poutrer » par les conquistadors espagnols. Remercions ces derniers qui en plus de nous ennuyer avec leur football, ont détruit une civilisation plus que prometteuse.

SINON DE NOTRE CÔTÉ :

Ola amigos !!

Ce moment, nous le redoutions, nous l’appréhendions. Et le voilà qui arrive… si vite… Non, il ne s’agit pas de la fin de la serie Games of Thrones mais tout simplement de notre arrivée sur le territoire du dernier pays visité : le Pérou ! Arrivée en grande pompe ! Adieux bus boliviens avec courant d’air, levier de vitesse cassé et sièges inclinables-qui-ne-s’inclinent-pas. Notre bus Copacabana-Cusco a des sièges en cuir confortables et des fenêtres impeccables. Y’a pas à dire, le Pérou c’est le grand luxe !

En témoigne notre première escale péruvienne : Cuzco et sa vallée sacrée (c’est à ce moment là que vous comprenez le titre de cette semaine). Cuzco est l’ancienne capitale inca et une ville vraiment charmante. Les places sont entourées d’arcades, les rues pavées, et bon nombres de bâtiment possèdent des murs incas originaux. A la croisée des chemins entre village typique espagnol et une métropole sud américaine.

Très rapidement, nous nous mettons en recherche de la meilleure option pour accéder au fameux Machu Picchu. Sachez en effet que plusieurs moyens sont possibles pour atteindre la cité Inca et toutes ont des avantages et des inconvénients. Très concrètement, cela revient à une très grosse partie de « tu préfères ? »

On explicite : « Tu préfères prendre le train aller-retour qui coûte les yeux de la tête ou prendre le bus de la mort qui passe sur une des routes les plus dangereuses du Pérou? « (beaucoup moins cher du coup…) ou un autre : « Tu préfères prendre un trek organisé qui te coûte quand même un peu cher ou te créer ton propre trek, sans guide, avec une carte des années 90 achetée au bookstore de la place d’armes ? »

Après une journée de nœuds aux cerveaux, on prendra la réponse D Jean-Pierre! C’est parti pour 4 jours de sur-mesure, d’improvisations, de souffrance et de bonheur.
DAY 1  ou « le mystère Santa Maria ». Les guerriers (c’est à dire Nous !) prendront un bus local jusqu’à Santa Maria. Petite appréhension tout de même quand l’office du tourisme de Cusco nous annonce qu’il n’y a pas trop d’hôtels sur place. Après 4h de minibus infernal, nous arrivons et découvrons avec joie un hôtel 3 étoiles (local, tout de même) qui fera l’affaire. Visite de la rôtisserie et dégustation de (plusieurs, trop ?) cervezas Cusqueña.

DAY 2 ou « bienvenue en enfer ». Oui, car même si les paysages entre Santa Maria et Santa Teresa sont aussi magnifiques que vertigineux, les 16km séparant les deux villages se font en montée, sous une chaleur écrasante. On a failli perdre un des trois combattants, mais l’histoire ne dit pas lequel. Sur la route, nous avons rencontré « Roseline », péruvienne de 15 ans qui nous a tenu par la main pour arriver jusqu’aux eaux thermales de Santa Teresa. Vu notre état à ce moment-là, elle a notre reconnaissance éternelle.

DAY 3 ou « le calme avant la tempête ». On continue de marcher sur environ 15km entre Santa Teresa et Aguas Calientes mais cette-fois ci on tient le coup! La marche suit les lignes de chemin de fer et se deroule sans encombre. Repos des guerriers à Aguas Calientes avant la visite du Machu le lendemain.

D-DAY ou « les guerriers à l’assaut du Machu Picchu ». Et parce que plus rien ne nous arrête (ou si, peut-être le prix du bus), nous décidons de monter à pied à la Cité. Debout à 4h30 du matin, ascension entre 5h40 et 6h20 et première découverte de la cité inca sans les groupes organisés avec drapeaux et canes à selfie.

C’est beau ! On s’émerveille quelques temps et partons rapidement à l’assaut du Wayna Picchu. On grimpe, on souffle, on souffre un peu aussi mais nous voilà là-haut avec une vue incroyable. On visite l’ensemble du site jusqu’à ce que nos corps nous disent stop et rentrons à Aguas Calientes puis Cuzco. Le Machu Picchu est à la hauteur de sa réputation et franchement, en avoir bavé un peu avant, ne fait que renforcer notre émerveillement.

On termine la semaine sur une journée farniente à Cuzco, un au revoir Cuzqueñien avec notre Florine préférée, une visite de Pisac qui vaut le détour et la préparation d’un programme de champions pour l’arrivée des copains Lug et Pauline.

Bon lundi à tous,

7 comments

  1. Ah la Cuzquena… Elle va me manquer presque autant que vous ! Ca a l’air carrément chouette Pisac, profitez bien des dernières semaines ! Des bisous la bonne Marion et le bon Simon. A bientôt pour une crêpe party 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s